Nos Up & Down à Miami

Nos « Up »

  • Le Miami Beach Boardwalk pour la balade le long de la plage et le running
  • La balade en hydroglisseur dans les Everglades pour faire comme au cinéma et voir les alligators
  • Le coucher de soleil à Key West parce qu’on aime tous les couchers de soleil
  • Le Bill Baggs Florida Cape State Park de Key Biscayne pour le calme et la beauté du site

 

Nos « Down »

  • L’excursion (dés)organisée parce qu’on attend encore le bus
  • L’option transport en commun parce qu’on attend toujours le bus
  • Little Havana parce que c’est tout little
  • Le service dans les restaurants qui plutôt « à la française » qu’à « l’anglo-saxonne »

 

Nos bonnes adresses

 

Nos conseils pratiques

 

 

  • Pensez à louer une voiture

 

Louez une voiture !
Louez une voiture !

 

Vous allez nous dire: évidemment qu’aux Etats-Unis, faut une voiture ! Sauf que dans des villes comme New York ou San Francisco, notre expérience nous a montré que ce n’était en fait pas vraiment utile, voire que c’était un encombrement plus qu’autre chose. Mais à Miami, c’est malheureusement difficile de s’en passer. Déjà parce que les distances sont énormes.  Mais aussi parce que les transports en commun ont une facheuse tendance à mettre votre patience à rude épreuve.

 

Les transport en commun ne sont pas à recommander
Faut pas être pressé si on prend l’option transport en commun

 

Sur le papier, les moyens de circuler à Miami ne manquent pourtant pas: métro, Metromover, réseau de bus fourni … A priori, il a tout ce qu’il faut. Seulement, les rythmes de circulation sont bien moins intenses que chez nous. On s’est ainsi retrouvé à attendre parfois entre 30 min et 1h sur certains arrêt de bus. Ces temps d’attente interminables sont valables pour les bus, mais le Metromover n’est pas en reste, d’autant qu’il n’y a aucune information concernant le temps d’attente. Le métro quant à lui passe seulement tous les 1/4 d’heure aux heures creuses. Donc quand vous devez multiplier les moyens de transport pour vous rendre à un endroit, ce qui n’est pas rare, préparez un bon bouquin pour patienter 😉 Un exemple: pour aller de Miami Beach au Biltmore, on dû prendre un bus + le Métromover + un autre bus. Résultat: deux heures de trajet rien que pour l’aller .

 

Miami, si proche ... mais si loin
Miami, si proche … et pourtant si loin

 

Bref tout ça pour dire que la voiture est vraiment indispensable si on veut profiter d’un maximum de choses. Nous, on ne l’avait pris que trois jours, rétrospectivement on regrette de ne pas l’avoir pris plus longtemps. Pour ceux qui comme nous ne sont pas forcément fan de la conduite, rassurez vous, la circulation dans Miami est finalement assez aisée. Pensez quand même au GPS, ça rend les choses tout de suite plus facile 🙂 Et pour se garer, nous avions la chance d’avoir un parking juste à côté de l’appartement, mais même en ville, on trouve facilement une place. C’est payant bien sûr, mais ça reste raisonnable.

 

 

  • Les attrape-touristes ne sont pas forcément ceux que l’on croit

 

Premièrement un gros carton rouge pour l’organisme Island Queen Cruises. Nous avions réservé avec eux sur internet une visite de Key West, avec prise en charge depuis notre lieu de séjour.  Grosse erreur ! Déjà cet organisme n’est en fait qu’un Tour Opérator, qui sous-traite à des agences locales. Résultat: pour confirmer votre réservation, faut appeler aux USA pour caler l’horaire et le lieu où nous devons attendre le bus. Sympa pour la note de téléphone ! Mais bon, passons là-dessus. Le pire, c’est qu’au final, ils ne sont jamais venus nous chercher ! Donc bref, on vous déconseille fortement de passer par eux.

 

En route pour Key West... par nos propres moyens
En route pour Key West… par nos propres moyens

 

Pour les Everglades, on dit oui à la balade en aéroglisseur, qui peut pourtant apparaître de loin comme le truc à touristes par excellence. Mais en fait, c’est une expérience à ne pas rater et le meilleur moyen de faire ami-ami avec les alligators sans y laisser sa chemise. Nous sommes passés par Buffalo Tigers Airboat Tours, 27 dollars pour 45 min de balade avec des commentaires sympas du guide sur l’éco-système, le mode de vie des alligators… Pour être au calme et ne pas se retrouver au milieu d’un bateau bondé de touristes, on vous conseille de prendre comme nous une des premières balades du matin. On était était six dans l’aéroglisseur,  c’était top !

 

Balade en Airboat. Un des points forts du voyage
Balade en Airboat. Un des points forts du voyage

 

 

Pilote et guide de notre Airboat.
Pilote et guide de notre Airboat.

 

 

Des alligators, mais pas que ...
Des alligators, mais pas que …

 

En revanche, le tour à vélo dans la Shark Valley est à éviter. Vous commencez par payer 20 dollars l’entrée dans le parc (celle la plus proche de Miami est la seule qui est payante), puis après c’est 9 dollars par heure et par vélo. Et autant vous préparer: les engins ne sont pas de première jeunesse ! Comme la balade dure minimum deux heures (et encore faut pédaler sec !), on vous laisse faire le calcul. Et tout ça pour quoi ? Grimper dans une tour au milieu de nulle part avec une vue pas franchement époustouflante. Et dire qu’on a hésité à entrer dans le parc, on a même fait demi-tour, puis on est revenu pour ne pas regretter. Raté ! Mieux vaut se diriger vers la partie sud des Everglades, dont l’entrée est gratuite. Si toutefois, vous choisissez de faire cette balade, pensez à prendre de l’eau : pas d’ombre du tout, et si en plus, comme pour nous, il y a un peu de vent, les 7 miles peuvent sembler bien longs.

 

Balade en vélo tout pourri !!!
Balade en vélo. Ne comptez pas vous reposer grâce aux vitesses (inexistantes) et pour le frein, c’est à la Hollandaise !

 

 

7 miles, pour arriver à ça !
7 miles, pour arriver à ça …

 

 

... pour voir ça !
… et pour voir ça !

 

Little Havana: tous les guides touristiques disent que c’est une étape à ne pas manquer, donc on y est allés. Et là, grosse déception ! Trois pauvres petites rues dont on a fait le tour en 10 min, peu de bars ouverts, pas un chat ou presque dans la rue … Au lieu de Cuba, on avait plutôt l’impression d’être un peu dans un quartier en déshérence de la banlieue parisienne ! On a quand même fait quelques photos de fresques murales et de joueurs de dominos histoire de, mais à part ça, pas grand chose à se mettre sous la dent. Après, on s’est peut-être trompé de moment en y allant l’après-midi, c’est peut-être plus animé le soir …

 

Little Havana
Little Havana

 

Little Havana
Fresque à Little Havana, au milieu d’un parking à moitié inondé (au moins on avait un reflet sympa 😉 )

 

Fresque à Little Havana
Table pour jouer aux dominos …. sans joueurs de dominos, à Little Havana

 

Pour finir sur une bonne note, Miami est une ville très culturelle avec de nombreuses salles de spectacles, galeries, musées et auditoriums. Cinéma et concerts en plein air quasiment toute l’année à South Beach. N’hésitez donc pas à rechercher sur Internet les concerts, rencontres sportives et autres évènements programmés lors de vos visites.

 

 

  • Prenez le temps

 

 

Moment de détente et breuvage local
Moment de détente et breuvage local (la Full Moon beer !)

 

 

La plupart des gens ne consacrent souvent qu’un ou deux jours à Miami, et c’est dommage. Nous, nous y sommes restés près d’une semaine (si l’on excepte nos escapades) et franchement, c’était pas assez. Il y a encore plein de choses que nous n’avons pas eu le temps de voir ou de faire, comme Wynwood Art District ou Little Haiti.

Même chose pour Key West: si vous pouvez, essayer d’y passer une nuit. C’est un investissement (comptez au moins 150 euros la nuit), mais l’ambiance si particulière qui baigne le Sunset Pier à la tombée de la nuit ne donne qu’une envie: y rester pour en profiter encore !
D’ailleurs, petit conseil pour le coucher de soleil : privilégier plutôt de vous installer 30 à 40 minutes avant sur une des tables ou au bar face à la mer du Sunset Pier pour siroter un cocktail ou une bière, plutôt que Mallory Square, déjà bondé 90 min avant l’heure H, et où à part vous asseoir par terre et attendre, y’a pas grand chose à faire.

Pour les Everglades également, il faut compter minimum deux jours. Nous, faute de temps, nous n’avons pu y consacrer qu’une demie-journée, et cela avait vraiment un goût de trop peu. Nous nous sommes concentrés sur la partie nord du parc, celle qui est la plus proche de Miami. Elle est très bien si vous voulez juste faire un coucou à deux-trois alligators, mais le parc recèle plein d’autres endroits qui méritent le coup d’oeil. On n’a pas eu le temps de le faire, mais le kayak dans les 10.000 îles (à l’ouest du parc) ou dans Hell’s Bay au sud,  nous faisait bien envie.

 

 

  • Méfiez vous des clichés et des idées reçues

 

S’il y a bien une ville qui suscite plein de fantasmes et d’idées préconçues, c’est Miami. Pour être honnêtes, nous n’en étions nous-mêmes pas exempts. Mais la ville est en fait bien différente de ce qu’on imaginait.

Déjà, l‘ambiance sur Miami Beach est beaucoup plus calme que ce qu’on pensait, notamment sur Ocean Drive.  Y’a certes de la musique qui s’échappe de quelques bars, mais c’est loin d’être Ibiza ou la Full Moon Party 🙂 Pas de souci de sécurité non plus sur Miami Beach. Nous sommes régulièrement rentrés à pied sur plusieurs kilomètres, sans aucun problème.

 

 

Ocean Drive, le quartier des bars branchés de South Beach
Ocean Drive, le quartier des bars branchés de South Beach

 

 

Autre cliché qui colle à la peau de Miami Beach: c’est bling bling. Franchement, ça ne nous a pas sauté aux yeux, sauf sur Ocean Drive en soirée, où  les véhicules de sport sont de sortie. Sur Lincoln Road aussi,  nous nous sommes retrouvés une fois à proximité une pseudo starlette à la plastique visiblement un peu « trafiquée » et la promenade sur la rue piétonne prend parfois des allures de défilés de mode pour quelques adolescents. Mais honnêtement, ce n’est pas pire que Saint Tropez en juillet-août.  Globalement, les gens et l’ambiance sont plutôt relax, et la tenue que nous avons le plus croisée lors de nos nombreuses balades était en fait … le legging de sport.

 

Starlette (?) miamiesque
Starlette (?) « miamiesque »

 

D’ailleurs parlons un peu sport.  Miami nous est apparue comme une des villes les plus sportives des Etats-Unis où nous avons séjourné.  Course à pied,  volley,  surf,  musculation, les sportifs sont partout. Un système de Vélib’ est d’ailleurs à disposition à South Beach.
Certains y voient un culte du corps, nous on a trouvé ça plutôt cool !

 

 

Miami est une ville sportive
Séance de volley le long de la plage

 

 

Séance de musculation sur la plage
Atelier musculation sur la plage

 

Notre bilan

Malgré les quelques petits désagréments (et erreurs que nous avons commises) évoqués plus haut, nous n’avons pas regretté notre voyage. A chaque fois qu’on en reparle (et on en a beaucoup reparlé pour rédiger ces pages), on se dit : « la prochaine fois, on fera ça, on logera ici, puis là, et après on ira là … ». Bref, les Up ont largement surpassé les Down.

Donc si vous avez un peu de temps (et une voiture de location), si vous aimez le soleil et les ambiances cool, Miami et le Sud de la Floride valent vraiment le détour !

 

 

 

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Nos Up & Down à Miami"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Stephanie
Invité

Ah oui je comprends mieux pour les transports! Nous on prenait le temps de regarder les horaires sur internet pour optimiser le temps et même si parfois l’attente était longue elle n’a jamais dépassé 20mn… Que l’on mettait à profit pour récupérer de ce long voyage mdr!
Pour le sport y’a Los Angeles qui n’est pas mal dans le genre

wpDiscuz