Nos Ups & Downs en Thaïlande du Nord

 

Nos « Up »

  • Bangkok, dont on n’a quasiment rien vu mais qui nous a donné envie de revenir
  • Les temples
  • Les marchés locaux et leur street food
  • Les Thaïlandais pour leur sympathie et notamment ce propriétaire cinéma de campagne perdu au milieu de nulle part où on est passé pas loin d’une diffusion d’un film avec Belmondo
  • Les prix dérisoires dès qu’on sort des « trucs à touristes »

 

Nos « Down »

  • Les distances à parcourir, même en van
  • La journée en bateau vers Kho Phi Phi et les îles voisines
  • Le zoo humain de la tribu des « femmes-girafes »
  • Phuket, même si on a eu de la chance d’être logés à Nai Harn !

 

 

Si c’était à refaire :

  • plus de temps à Bangkok
  • plus de repas locaux (type streetfood sur les marchés)
  • choisir une autre île que Phuket
  • zapper l’excursion à Koh Phi Phi

 

Quelques conseils :

Thailande: à quelle période y aller ?

Notre séjour s’est déroulé fin janvier. C’était une bonne période. Il a fait chaud (25 à 30 degrés) mais pas trop. On n’a quasiment pas eu de pluie et un ciel quasi toujours bleu. Bref on vous recommande d’y aller à ce moment-là.

 

 

Après mars, les températures commencent à grimper en flèche. Pas forcément le plus agréable, notamment pour visiter les villes .

De mai à octobre, c’est la saison des pluies. Il ne pleut pas forcément toute la journée, mais le climat est alors très humide. Avantage : les prix dans les hôtels chutent. A vous de voir.

En résumé, la période de novembre à février semble être la plus adaptée météorologiquement parlant. Après, c’est la haute saison, donc il y aura forcément davantage de monde et des prix un peu plus élevés qu’à l’accoutumée.

 

Thailande: quels moyens de transport choisir ?

Nous avons fait tout notre périple en mini-van. L’avantage d’être en circuit guidé, c’est que nous n’avions pas à conduire ! Et on en était ravis: si la voiture est sans doute le moyen le plus simple pour se déplacer si vous voulez faire un circuit dans le Nord, sachez que circuler en Thailande est loin d’être des plus aisés: le réseau de route est en apparence très moderne (beaucoup de grandes routes goudronnées, y compris dans des zones où on ne s’y attendait pas forcément). Attention, parfois les infrastructures sont en effet assez vétustes dans les faits, la faute aux passages de camions et à l’intensité du trafic qui a endommagé les revêtements. Résultat: c’est très tape-cul ! Donc prévoyez les coussins 😉

 

 

Autre désagrément routier: les embouteillages, notamment autour de Bangkok et Chiang Mai. A côté Paris, c’est des petits joueurs niveau congestion du réseau ! Donc préparez vous à vous armer de patience !

 

 

Autre chose importante à savoir: les distances entre les sites sont souvent beaucoup plus importantes qu’on se l’imagine. Et quand je dis distances, il ne faut pas forcément raisonner en termes de kilomètres, mais plutôt en heures de route 😉 Lors de notre séjour, il n’était pas rares que nous enchainions entre 3 et 5 heures dans la voiture tous les jours !

Pour s’éviter les trop long trajets, vous avez le choix (sur certaines portions) de prendre soit le train, soit l’avion. Nous avons testé les deux, avec à chaque fois une très bonne expérience. Le train de nuit entre Chiang Mai et Bangkok s’est avéré beaucoup plus confortable que nous l’escomptions et nous avons passé, contre toute attente, une plutôt bonne nuit ! Quant à l’avion entre Bangkok et Phuket, c’était du service quatre étoiles avec Bangkok Airways: horaires respectés, accès à l’espace lounge à Bangkok (alors que nous n’avions un billet que de classe éco) avec petit encas bien sympathiques et service impeccable à bord. Bref, on vous recommande !

 

La nourriture, entre découvertes et méfiance

Les Thailandais sont assez peu adeptes des repas à la maison. Ils préfèrent manger dans la rue dans de petites échoppes ou stands. Résultat: on trouve à peu près de tout à tout heure lorsqu’il s’agit de manger. Le tout pour des tarifs défiant toute concurrence.

Pour cette raison, nous avons beaucoup apprécié nos excursions sur les marchés. Chaque fois, c’était un lieu de découvertes culinaires de curiosité. Fruits, viande, poissons, tout ou presque était à portée de main. Pour des gourmands comme nous, c’était un peu une tentation permanente.

 

 

Parmi nos expériences culinaires inédites, la plus marquante est sans doute la dégustation d’insectes. On n’était pas forcément demandeurs, mais notre guide nous a proposé un plateau lors d’une de nos visites de marché, donc on s’est dit « pourquoi ne pas essayer ». Il faut le reconnaitre au premier abord, l’ensemble n’est pas forcément très ragoutant, il a un peu fallu que nous nous fassions violence pour la première bouchée. Mais après, à notre grande surprise, l’ensemble était plutôt bon. Il y a du croquant, comme disent les chefs à la télé, et puis surtout du goût. Difficile à qualifier tant qu’on n’a pas testé, mais pour vous donner une idée, ce qui me reste en mémoire, c’est une saveur de noisette. Seul bémol: on n’est pas très fan des gros verres. Car « il y a une deuxième couche à l’intérieur Thérèse » 🙂  Mais à part ça, on a beaucoup apprécié cette dégustation inédite… mais pas au point d’acheté la boite proposée sur place !

 

 

Malgré tout, on ne le répétera jamais assez, il convient de ne pas non plus aller trop loin dans la découverte culinaire. Car nos estomacs d’Européens ne sont pas forcément familiers avec tout ce qu’on nous propose là-bas. Des précautions s’imposent donc, notamment avec tout ce qui est liquide. Delphine en a notamment fait les frais, en sirotant les glaçons fondus contenus dans son cocktail, avec pour conséquence une bonne grosse tourista qui a gâché les dernières 36 heures du voyage. On avait pourtant mangé et bu à peu près tout ce qu’on nous avait présenté durant les 12 premiers jours du voyage, et ce, sans aucun problème. Mais il suffit parfois d’une fois pour être très malade. Donc pas de psychose, mais prudence tout de même.

 

Bilan

Comme vous avez pu le lire, on est rentrés de notre premier voyage en Thaïlande un peu partagés. Éblouis par la splendeur des temples, la richesse de l’histoire de ce pays et la gentillesse de ses habitants. Mais un peu échaudés par les dérives entrainées par l’apparition du tourisme de masse dans cette région.

 

 

Malgré tout, on  reste persuadés que le pays recèle plein de beautés, qu’on n’a simplement pas eu l’occasion de découvrir. Lors de notre prochain séjour (car oui, on a envie d’y retourner), comme on a déjà vu pas mal des « incontournables » du pays, on se tournera vers des régions et des îles un peu plus sauvages.

N’hésitez pas à nous donner vos suggestions en commentaires de l’article

 

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Nos Ups & Downs en Thaïlande du Nord"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
My Little Pipe Dream
Invité

Je retrouve dans votre article le sentiment que j’ai eu après mon premier voyage en Thaïlande: un beau pays, parfois étouffé par le tourisme de masse, où l’ambiance varie du plus chaleureux au plus glacial. J’y suis retourné pour un mois cet été en totale autonomie et je dois dire que c’était plus sympa. En tout cas, ça rappelle des souvenirs tout ça :)!

wpDiscuz